Lost in translation

Dimanche matin, je demande à Cocotte si elle veut choisir un chandail et un pantalon pour s’habiller:
- Maman, can I wear my stickers and a jupe?

Ça ne m’a pris que quelques secondes à comprendre parce que j’étais en contexte. Si elle m’avait sorti ça ailleurs, je n’aurais jamais compris. Mais elle venait de saisir une paire de collants. Pas d’autocollants, bien sûr! Des collants de laine, qui se portent et qu’on met avec une robe ou une jupe.

Les collants et les jupes, ça fait partie des choses dont son père ne discute jamais, alors elle ne connait pas vraiment les mots anglais, ou en tout cas ils lui viennent plus facilement en français. Mais apparemment, les deux sens de “collants” se sont court-circuités dans sa tête. Pas bête, en fait!

Les enfants de la télé

Une fois de temps en temps, quand Papa n’est pas là, je regarde une émission sur tou.tv., et c’est comme ça que j’ai découvert Les enfants de la télé. Comme je suis une grande nostalgique dans l’âme, ça m’a tout de suite accrochée. Je n’ai regardé que quelques émissions, surtout les spéciaux. Et je ne suis pas sûre que ça ait eu un effet positif sur ma santé mentale… Bien sûr, ça me fait m’ennuyer encore plus du Québec et de la culture à laquelle je ne participe plus vraiment. Mais ça me fait aussi me sentir vieille… si vieille!

Quand j’ai regardé l’émission spéciale sur les émissions pour enfants, j’ai trouvé ça tellement triste de constater à quel point tous ces acteurs étaient rendus vieux! Ils étaient pourtant si jeunes quand je regardais leurs émissions, et ce n’était pas il y a si longtemps il me semble! Mais oui, je sais. Vingt-cinq ou trente ans, c’est long. Ça paraît sur le visage de quelqu’un. Mais pour moi, il me semble que c’était hier! Et l’autre jour, j’ai regardé l’épisode sur les grands événements. Ce qui m’a frappée le plus, c’est la mort de Lady Di. J’avais 20 ans. Elle en avait 36. Pour moi, elle était déjà vieille : ses enfants étaient assez grands, elle était divorcée… Les rumeurs voulaient qu’elle soit de nouveau enceinte, mais je trouvais donc qu’elle était vieille pour avoir un autre enfant.

Mais voilà: j’ai 36 ans et je ne me trouve pas vieille. En fait, j’ai parfois du mal à me rappeler que je suis une adulte. J’ai encore l’impression d’avoir 20 ans la plupart du temps, et de ne pas avoir plus de réponses sur la vie que quand j’étais jeune adulte. Mes enfants sont encore jeunes, et même si je n’en veux pas d’autre, si je le voulais, je ne me trouverais pas trop vieille pour recommencer. Il y a 20 ans, je trouvais que 70 ans, c’était donc vieux, mais aujourd’hui mon père a 70 ans, et pourtant il n’est pas si vieux que ça! Je comprends très bien que c’est ma perspective qui change. Mais je sais aussi que quand je vais moi-même avoir 70 ans, je vais encore me trouver jeune.

Ce n’est pas tant que je sois triste de vieillir. Quand on a vu mourir une fillette de 5 ans, chaque année de plus devient en quelque sorte un cadeau précieux. C’est juste (!!!) que je ne veux pas mourir. Je sais que ça va arriver un jour, mais je ne peux pas me faire à l’idée. Quand on ne croit pas qu’il y a autre chose après la mort, comment peut-on se réconcilier avec l’idée qu’un jour, on ne sera plus? Alors même si j’essaye de profiter du temps qui passe, je ne peux pas m’empêcher d’avoir peur de la fin de ma vie. Peur qu’elle arrive prématurément, mais peur aussi d’en avoir aussi peur à 90 ans qu’aujourd’hui.

Qui aurait cru qu’une simple émission de divertissement pourrait entraîner des questionnements aussi profonds?