Histoire de toutous

Il y a un peu plus de six ans, quand j’ai appris à ma meilleure amie que j’étais enceinte, elle m’a emmenée dans une de ces boutiques où on se fabrique un toutou. Elle voulait offrir à Ti-Loup son premier toutou. Nous l’avons encore et les enfants jouent toujours avec lui. Et chaque fois que je le vois, il me réchauffe le coeur parce qu’il me fait penser à celle qui me l’a offert.

Cette même amie part demain pour le Vietnam chercher sa fille. Je ne lui avais pas encore fait de cadeau de “naissance”. J’avais tellement peur que quelque chose arrive et que ça ne fonctionne pas. Après toutes les déceptions qu’elle et son mari avaient eues, je n’osais pas imaginer à quel point ça serait dur pour eux, et je ne voulais pas leur donner quoi que ce soit pour leur fillette avant d’être certaine qu’ils l’auraient pour vrai! Et puis il a été question qu’ils passent par chez nous en chemin vers le Vietnam, alors j’ai pensé qu’ils pourraient prendre mon cadeau en passant. Mais finalement, ils ont dû changer d’itinéraire puisque le détour leur aurait coûté 1000 $… chacun!

Quand j’ai su qu’ils ne passeraient pas par ici, j’ai été très déçue : j’étais tellement contente qu’ils viennent me voir! Je comprenais très bien, évidemment. À ce prix là, ce n’est même pas un choix, quand on peut épargner 2 000 $, on le fait! Mais je me trouve tellement loin d’eux alors qu’ils vivent l’évènement le plus important de leur vie (oui, ça me fait comprendre comment mes proches se sont sentis quand MES enfants sont nés), j’aimerais tellement pouvoir les aider et je me sens si impuissante à l’autre bout du pays. J’avais besoin de faire quelque chose, n’importe quoi. J’ai décidé d’aller à la chasse au toutou.

Papa m’a suggéré de trouver un toutou de la même collection que l’écureuil que Cocotte a reçu à Noël et qu’on trouve si mignon. Après quelques heures sur Internet et un appel téléphonique, j’ai réussi à trouver un hérisson de la même collection dans une boutique de Vancouver. Les enfants et moi sommes allés le chercher. Avant de l’emballer, les enfants lui ont donné plein de câlins, pour s’assurer qu’il soit bien plein d’amour à transmettre à sa future destinataire. Et puis Hedgie, comme ils l’ont appelé (de Hedgehog, hérisson en anglais), allait s’ennuyer de Squirrely (mes enfants ont tellement d’imagination!), alors on a pris des photos pour avoir des souvenirs.

 

 

 

 

 

 

 

 

N’est-ce pas qu’ils ont l’air tout sérieux, presque tristes? Et de plus en plus vieux… J’espère que la fille de mon amie (il va falloir que je lui trouve un surnom, à celle-là, si je suis pour continuer de parler d’elle!) l’aimera elle aussi et que bientôt Hedgie et Squirrely seront réunis pour une belle grande visite!

Quand j’ai expliqué à Ti-Loup que mon amie allait chercher une petite fille orpheline dans un autre pays, il a demandé s’ils allaient retourner visiter la maman de la fillette. J’ai répété que la fillette n’avait pas de maman, que sa maman avait dû l’abandonner parce qu’elle ne pouvait pas s’occuper d’elle comme il faut, que maintenant sa maman allait être mon amie, il continuait de demander “Mais, ils vont aller la visiter plus tard?”. Il ne pouvait pas comprendre qu’une enfant puisse vivre sans sa maman, qu’une maman puisse vivre sans son enfant. Et quand j’y pense, je suis bien contente qu’il ne puisse imaginer une telle situation. Ça montre au moins que j’ai réussi une chose: lui faire sentir que je vais toujours être là pour lui et que je ne pourrais jamais choisir de vivre sans lui.

Bonne chance à mes amis pour leur voyage. On va penser très fort à vous. Et on va mettre le téléphone sur la table de chevet, juste au cas où…

One thought on “Histoire de toutous

  1. Réflexe de facebook : je voulais cliquer sur “j’aime”!!!!! Hihi!
    Merci pour Hedgie, pour ton soutien à distance, pour ton amitié et désolée pour la déception… :-( moi aussi j’étais déçue!
    En adoption, on parle de maman-bedon (ou maman de naissance) et maman de coeur. Tu pourras dire à Ti-Loup de ne pas s’inquiéter, c’est beaucoup mieux d’avoir une maman de coeur qu’une maman-bedon qui ne peut pas s’occuper de nous! Bon évidemment, une maman-bedon qui est aussi maman de coeur serait l’idéal, mais sinon, maman de coeur “is the next best thing”!
    Je penserai à un surnom que tu pourrais utiliser pour elle. Lorsque je la connaitrai mieux, il y a sûrement quelque chose qui va me venir naturellement!

Comments are closed.