Chat errant

Je ne vous ai pas raconté les mésaventures estivales de notre chat…

Un beau jour, alors que Papa était en conférence téléphonique, ça a cogné à la porte. Il a répondu et s’est trouvé face à notre voisin, son chat dans les bras. Le voisin, silencieux, semblait s’attendre à une réaction de la part de Papa, qui, distrait par l’appel en cours, ne savait pas trop quoi dire… jusqu’à ce qu’il se rende compte que ce n’était pas le chat du voisin qu’il avait dans les bras. C’était notre chat! Ils se ressemblent, mais le nôtre a des pattes blanches, et le chat du voisin est en fait une chatte. Papa a récupéré le chat, croyant qu’il s’était simplement sauvé dehors comme ça lui arrive parfois et miaulait à la porte, a remercié le voisin et est retourné à son appel.

Le soir venu, le voisin a cogné à la porte et m’a raconté avoir trouvé notre chat… sur son lit, dans sa chambre! Il était donc sorti par notre porte patio, avait escaladé le mur de brique d’au moins 5 pieds de haut (alors qu’il semble maintenant avoir du mal à sauter sur notre congélateur où on mettait auparavant sa nourriture), était passé sous la porte de leur patio, entré par leur porte patio et avait monté les escaliers avant d’aller se coucher sur leur lit, où dormait déjà leur chatte. J’en suis restée bouche bée! Notre chat tolère assez bien la chatte du voisin, mais celle-ci feule quand il vient trop proche. Mais appremment, ça ne lui dérangeait pas de partager avec lui un grand lit, en autant qu’ils soient chacun tourné du côté opposé.

Notre chat s’est depuis glissé dans leur appartement au moins quatre ou cinq fois, et a pris l’habitude de vider le plat de nourriture de leur chatte, ce qui rend la chose un peu moins drôle parce que c’est tannant pour eux et que ça le rend malade. On a commandé une porte moustiquaire (notre porte patio n’étant pas d’un format habituel) parce que si on ne peut pas ouvrir la porte patio l’été prochain, on va mourir de chaleur! En attendant, on ne laisse qu’une petite ouverture par laquelle le chat ne peut pas se faufiler… mais encore hier, Cocotte a ouvert la porte un peu plus et le voisin nous a ramené notre chat.

Heureusement, notre voisin trouve la chose très amusante. Il est très sympathique, et c’est tout un énergumène : il a des tatouages partout et, malgré ses 50 ans, de multiples piercings. Il porte souvent un kilt noir avec des chaînes partout… et il nous rapporte notre chat en lui faisant des guiili-guili, en lui parlant comme un bébé et en disant qu’il trouve ça trop mignon qu’il ait encore voulu aller voir sa blonde. Je pense que sa conjointe, par contre, trouve ça moins amusant, alors on fait très attention… Mais c’est peine perdue: notre chat finit toujours par se sauver.

À suivre!

Je t’aime!

Je vous disais il y a quelques semaines que ma fille répétait “Je t’aime” quand on le lui disait. Eh bien, elle est passée à l’étape suivante. Dimanche, pour la première fois, elle a dit je t’aime de manière spontanée, sans que quelqu’un le lui ait dit d’abord.

Et qui croyez-vous a été le récipient de cette expression spontanée de son affection? L’heureux élu de son coeur?

Qui?

Le chat, bien sûr. Elle lui a fait un gros câlin et lui a dit “Ki kaim”.

La ressemblance phonétique est très approximative, mais l’intonation est là, et nous savons que c’est ce que ça veut dire puisque c’est ça qu’elle répète après nous.

Elle développe son langage à un rythme époustouflant et en plus de tous les mots qu’elle emploie régulièrement, elle a entrepris de “lire des livres”: elle s’assoie avec un livre, regarde les images et se met à faire de longues phrases incompréhensibles, des suites de sons avec toutes sortes d’intonations, comme si elle lisait une histoire qu’elle seule pourrait comprendre.

Un chat de trop…

Ti-Loup n’a jamais eu de doudou. Il a bien un toutou préféré, mais celui-ci a changé avec les années et s’il est manquant, on peut le remplacer par un autre sans larmes. À 15 mois, cependant, Cocotte semble avoir tout à coup adopté une doudou… son costume d’Halloween!

Pour ceux qui ne l’ont pas vu, en voici une photo.

Fillette en costume de chat recevant des bonbons à l'Halloween

Cocotte à l'Halloween, fiévreuse, mais heureuse

C’était sensé être un chat, mais ça ne devait pas être trop réussi parce qu’on nous a demandé si elle était une vache, un raton-laveur, un ewok, tout sauf un chat. Et elle n’a même pas dit miaou. Mais une fois l’Halloween terminée, elle s’est mise à demander de porter son costume tout le temps. C’est la première chose qu’elle fait en se levant ou en rentrant de dehors. On arrive à le lui enlever pour lui mettre un plus gros manteau, mais s’il fait doux et qu’on veut lui mettre son polar habituel avec un coupe-vent par-dessus, elle refuse. C’est le chat sous le coupe-vent, ou une crise de 20 minutes. Alors elle se promène dehors avec une queue.

Mais nous avons aussi un vrai chat, et c’est là que le bât blesse. Notre chat, comme tous les chats, a des glandes annales. Si vous ne connaissiez pas l’existence de ces glandes, vous êtes chanceux. Elles sont présentes chez de nombreux mammifères dont les chats et les chiens, et si tout va bien, on n’en entend jamais parler. C’est quand elles se bloquent qu’elles posent problème. En effet, elles produisent un liquide nauséabond qui sert aux animaux à se reconnaître entre eux et à marquer leur territoire. Normalement, elles se vident lorsque l’animal défèque. Mais notre chat a des problèmes de glandes annales, et elles ont tendance à se vider lorsqu’il a peur… par exemple, lorsqu’une enfant de 15 mois, petite, mais quand même plus lourde que lui, décide de se coucher de tout son long sur lui pour bien lui faire sentir le poids de son amour pour les félins.

Après avoir enlevé Cocotte de sur le chat, j’ai constaté que le costume de chat avait été la proie des glandes annales. Cocotte aussi, mais ça se lave bien sur la peau. Le costume, lui, a dû aller au lavage. Nous avons réussi à la distraire pour l’instant, mais je sens que la journée va être longue pour Papa, surtout quand il va revenir de dehors et que Cocotte va réclamer sa doudou à grands cris. Vivement ce soir qu’on ait le temps de la laver