L’été en 18 photos

Nous avons un problème technique à la maison. Papa a besoin d’utiliser un émulateur Windows pour travailler sur son ordinateur Mac (pour le travail à contrat qu’il fait le soir). Notre ordinateur n’étant plus suffisamment puissant pour les logiciels d’aujourd’hui, on ne peut faire fonctionner à la fois l’émulateur Windows et le logiciel de photo. C’est pourquoi j’ai du mal à avoir accès aux photos, notre logiciel étant rarement allumé. Mais voilà, hier j’ai pris le temps d’exporter tout plein des photos pour pouvoir vous donner une idée de ce que nous avons fait cet été!

Tout d’abord, on est allés au Québec, mais ça, j’en ai parlé un peu et puis, vous étiez là :-) Je vais donc commencer après. Ti-Loup a fait une semaine de camp de baseball. Ça aurait pu être génial, mais ça a été décevant. Le responsable avait l’air d’un schizophrène en pause de médicaments… Papa ne réussissait pas à obtenir une réponse à une question simple, il était vraiment étrange! En plus, c’était pour les 6 à 12 ans et je pensais qu’ils allaient séparer les enfants par groupes d’âge, mais non. Certains “grands” étaient très tannants et ralentissaient le déroulement pour tout le monde, parfois les “petits” restaient assis sur le banc pendant que les “grands” apprenaient à lancer, bref, c’était mal organisé. Ti-Loup a surtout aimé le vendredi quand ils sont allés voir les Canadians, de Vancouver, équipe mineure associée aux Blue Jays de Toronto. Au début de la partie, il a pu aller sur le terrain courir jusqu’au champ avec un joueur (il porte le T-shirt vert)!

Nous sommes ensuite allés passer une semaine à Kelowna durant laquelle il a fait beaucoup trop chaud, mais nous en avons quand même profité pour faire une petite saucette dans le lac Okanagan!

Les enfants ont aussi eu la chance de jouer avec leur cousin. En fait, c’est le petit-fils de la cousine de la mère de Papa. Ça a l’air loin, mais pour remettre en perspective, c’est le même lien qu’il y aura entre les enfants de Ti-Loup et les enfants de ma filleule.

Il a trois ans et demi et aime beaucoup la lutte entre cousins!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis qui dit Kelowna en juillet dit cueillette de cerises… Un voyage là-bas ne serait pas complet si on n’avait pas la chance de grimper aux échelles pour remplir nos seaux. Au total, en deux séances de cueillette, on a acheté environ 200 lb de cerises, dont on a équeuté et dénoyauté au moins les trois quarts pour les faire congeler ou les déshydrater en vue du long hiver…

 

 

 

 

 

 

De retour de Kelowna, les enfants ont fait une semaine de camp à Science World (Cocotte avec Papa, Ti-Loup tout seul). C’est un camp très bien organisé, axé sur les sciences, bien sûr, mais nous avons encore une fois été très impressionnés. Ils ont tous les deux beaucoup aimé, même si Cocotte n’était pas sûre de vouloir y aller au départ.

Ensuite, Ti-Loup a fait une semaine de camp de Légos. Il a adoré! Vous le voyez ci-dessus avec la catapulte qu’il a construite. Le thème du camp, donné par Bricks4Kids, était la robotique, et ils pouvaient donc fabriquer des modèles comportant des moteurs. Ceux-ci étaient reliés à un logiciel simple et ils pouvaient les programmer pour leur faire faire certaines choses. Encore une fois, un franc succès!

Pour sa fête, Ti-Loup voulait inviter trois amies de l’école, plus son meilleur ami de la Coop. Mais son ami ne parle pas français et ne joue pratiquement jamais avec des filles, alors on a décidé de diviser sa fête. Le jour même, on a mangé un gâteau à la Coop avec tous les enfants (et leurs parents, puisque la réputation des gâteaux à la crème glacée de Papa n’est plus à faire). La fin de semaine suivante, on a amené les trois filles et Ti-Loup jouer au parc et manger une crème glacée à l’île Granville. La première fête a eu plus de succès que la deuxième, puisque les filles ont un peu mis Ti-Loup de côté, mais on a quand même eu bien du plaisir. Voici le gâteau de fête pour la Coop; s’il y a un chien au champ centre, c’est parce que quand Ti-Loup joue au baseball à Kelowna, c’est Sherpa qui sert de voltigeur…

Nous avons dû annuler une fin de semaine de camping pour la fête de Ti-Loup, et l’autre fin de semaine pour plusieurs raisons, dont le fait que Papa devait travailler, qu’il était interdit de faire des feux de camp en raison du temps sec, qu’on devait retourner à Kelowna la fin de semaine suivante et qu’on était tous épuisés. Mais on s’est quand même amusés pour le reste de l’été. On est allés passer un samedi à l’île Granville avec un ami et sa fille, qui est née exactement entre Ti-Loup et Cocotte et avec laquelle ils se sont énormément amusés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous sommes aussi retournés voir les Canadians, et les deux enfants ont pu aller sur le terrain après la partie pour courir sur les buts et saluer les mascottes.

 

Cocotte, qui est une enfant normale, veut aller au baseball pour les hot dogs, les mascottes et la course sur les buts, et passe la partie à grimper sur les bancs et à se plaindre. Ti-Loup, erreur de la nature, regarde la partie avec un intérêt et une attention extrêmement soutenus, en ne détournant pas son regard du terrain (même rendu à onze manches) et en posant question après question. Heureusement que j’ai grandi dans une famille d’amateurs de baseball, alors je peux répondre à ses questions!

On est aussi allés à la PNE, foire agricole/parc d’attractions, et Cocotte était juste assez grande pour aller dans les manèges pour enfants. Nos deux zigotos se sont bien amusés, et nous aussi avons eu bien du plaisir avec nos amis, dont le fils est aussi le meilleur ami de Ti-Loup.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre été s’est terminé, comme je vous l’ai raconté hier, par un dernier voyage à Kelowna où nous avons rencontré tout plein de nouveaux membres de la famille de Papa.

Et maintenant c’est le retour à l’école… Mais je vous en reparle dans un autre billet!

Ouf!

Je suis de retour de vacances. Deux semaines au Québec, une petite semaine de travail (pendant laquelle Ti-Loup avait un camp de baseball qui s’est avérée épuisante et mal organisée), puis une semaine à Kelowna pour ce qui sera sans doute nos dernières vraies vacances au verger de feu la grand-mère de Papa avant qu’il soit vendu. En effet, la mère de Papa n’a pas réussi à s’entendre avec son frère et sa soeur. Elle voudrait garder une partie du verger. Ses frère et soeur veulent vendre au plus vite. La propriété est donc en vente pour la faible somme de 1,2 million de dollars… Ça ne se vendra peut-être pas rapidement, mais on ne sais pas, alors on en a essayé d’en profiter pendant qu’on était là! Papa y passe ses vacances depuis qu’il est né, alors c’est triste pour lui de penser que c’est la fin.

Nous avons eu beaucoup de plaisir, mais physiquement, ça a été dur. Il a fait tellement chaud! Entre 33 et 36 degrés toute la semaine, ce n’est pas propice à l’activité physique! Les enfants ont quand même eu beaucoup de plaisir grâce au seau de ballons d’eau qu’on a acheté, et puis Ti-Loup a profité de la température plus fraîche après le souper pour jouer au baseball sur le grand terrain. Avec Sherpa (notre ancien chien qui vit maintenant avec mes beaux-parents) pour rapporter les balles frappées, ça réduisait l’effort nécessaire. On a cueilli environ 200 livres de cerises, on en a équeuté et fait sécher au moins 100 livres. On a visité plusieurs fois le Village des Valeurs de Kelowna, où on trouve toujours du beau linge pour les enfants, et trouvé pour eux des jouets qui les ont occupés durant les heures creuses. On a trouvé quelques parcs où faire des pique-nique et pateauger dans l’eau. On a visité la famille de Papa à Vernon, où les enfants ont rencontré leur nouveau cousin qui est né en mars. On a joué dans les jeux d’eau. On a bu beaucoup de solution de réhydratation… et on a survécu.

Cocotte est toujours aussi obsédée par le mauve, mais on a découvert une limite à son obsession: les patates mauves, ça reste avant tout des patates, et elle n’y a même pas goûté! Après une semaine à ne pas dormir assez en raison de la chaleur, du soleil qui se lève tôt, de la cohabitation à quatre dans une petite chambre, etc., tout le monde était épuisé hier. Et quand on est revenus, le chat avait fait pipi sur deux de nos carpettes, plus un caca qui s’était répandu un peu partout et dans lequel Cocotte a mis le doigt. En plus Cocotte a fait pipi à travers sa couche pendant que j’essayais de ramasser la merde du chat. Tout un retour! Disons que la journée d’hier est à oublier…

Maintenant il faut préparer la fête de Ti-Loup, qui approche à grands pas. Il aura droit à un gâteau dans la cour de la Coop avec tous les voisins, puis à une sortie en après-midi avec trois de ses amies d’école qu’il reverra pour la première fois depuis un mois. Plein de plaisir en perspective! Il est temps pour Papa de commencer à préparer son célèbre gâteau à la crème glacée maison…

SPV

Mon fils souffre du SPV, vous connaissez? C’est le syndrome post-vacances.

Les symptômes : un comportement inadéquat et dérangeant, des crises de larmes mal à propos, des avertissements de la part des éducatrices à la prématernelle.

Les causes? La grande fatigue du voyage, le relâchement de la discipline parentale durant le voyage et l’impression d’avoir tous les droits causée par la fréquentation, pendant deux semaines, de gens qui l’aiment beaucoup et qui ne le voient qu’une fois par année, et le laissent donc aller un peu plus loin, être un peu plus tannant, et en faire un peu plus que ce qu’ils supporteraient s’ils le voyaient régulièrement, en plus de lui offrir des cadeaux et de lui répéter à tout bout de champ combien il est beau et gentil.

Comprenez bien, je n’en veux pas à mes amis et à ma famille qui ont gâté-pourri mon fils. Premièrement, j’ai une bonne part de blâme (voir les deux premières causes), et puis je suis très contente qu’ils gâtent mon fils une fois par année. Je ne voudrais pas leur enlever cette chance ou les empêcher de lui faire des cadeaux.

Sauf que maintenant on paie pour. Vendredi à la prématernelle Ti-Loup s’est fait avertir trois fois, assez pour que les éducatrices en parlent à Papa après la classe. C’était la première fois en deux ans qu’ils nous parlaient comme ça. Apparemment, il traitait les enfants de toutes sortes de noms. En fin de semaine il a poussé Cocotte plusieurs fois et fait toutes sortes d’autres niaiseries.

Ça va lui passer. Mais comme Papa et moi souffrons aussi du SPV (chez les adultes, les symptômes sont surtout la fatigue intense et l’impatience qui l’accompagne), ça nous met à l’épreuve. Vivement le retour à la normale!